Boîtes pour un Noël solidaire

Participez à l’opération Boîtes Solidaires mise en place par la Maison Pour Tous en partenariat avec l’unité locale de la Croix-Rouge française en confectionnant une boîte cadeau pour les plus démunis.

 

Comment créer une boîte solidaire ?

 

1– Prendre une boîte à chaussures.

Des boîtes vides sont mises à votre disposition dans l’entrée de la Maison Pour Tous

 

2- La décorer grâce aux tutoriels d’Alix  ou en faisant appel à votre créativité.

Pour retrouver le tutoriel d’Alix, cliquez ICI

Une attention particulière est portée à la dimension créative avec l’insertion de petits messages qui prendra diverses formes (dessins, mots, cartes…) ou des créations de petites tailles, adaptées à la boite, réalisées dans le cadre d’ateliers.

 

3 – Y insérer 5 éléments (ni plus ni moins par souci d’équité lors de la distribution) :

– Quelque chose de chaud : écharpe, bonnet… (neuf ou en bon état)

– Quelque chose de bon : chocolat, biscuits… (de préférence sec et non périssable)

– Quelque chose d’utile : rasoir, gel douche, crème pour les mains… (neuf)

– Quelque chose de divertissant : jeu de cartes, magazines…

– Quelque chose de beau : un mot doux, un dessin, une création personnelle…

 

4 – Indiquer sur la boîte si elle est destinée à une femme, un homme, un enfant ou si elle est mixte et la déposer à la Maison Pour Tous avant le 15 décembre !

 

L’antenne locale de la Croix-Rouge distribuera ensuite les boîtes cadeaux pendant une de leurs maraudes ou par le biais de relais identifiés.

Ô Kalamkari

Exposition du 22 Novembre au 11 Décembre 2021.

Vernissage le jeudi 2 décembre à 19h30

Voici déployée pour l’Avent la grande tradition du Kalamkari, ces cotonnades Imprimées ou dessinées aux couleurs végétales de l’Inde du Sud.

Cet artisanat tire son nom de l’outil employé pour dessiner les motifs sur la toile de coton : le kalam, bâtonnet de bambou effilé muni d’un réservoir de chiffon, kari signifiant l’art, ou la main. Au cœur de cette exposition présentée par H3K, le parcours original d’un atelier de jeunes femmes indiennes.
L’origine millénaire du kalamkari, sa diffusion par la culture moghole de l’Empire Perse et l’hindouisme au cours des siècles derniers explique que cet art conserve une certaine vitalité jusqu’à nos jours. Sur la côte Sud Est de l’Inde, en Andhra Pradesh dans la ville de Srikalahasti, connue pour son pèlerinage shivaïste, les artisans du kalamkari travaillent pour un Maître dont ils assurent la production d’œuvres par définition uniques. Dessinateur virtuose, le Maître traite en direct et à main levée sur la toile les grands thèmes de la mythologie hindoue, comme le Ramayana et le Mahabharata. Sont utilisées les mêmes techniques de mordançage, les mêmes plantes tinctoriales et pigments naturels, les mêmes recettes que celles de leurs ancêtres, avec le lait et la bouse précieuse de la vache, l’eau de la rivière, la cuisson au feu de bois et le soleil.